Robbie Swings both ways

ImageSBWbyRW

Sorti aujourd’hui (18 novembre), voici le nouvel album swing de Robbie décortiqué chanson par chanson. S’il s’agit du 10ème album studio de Robbie, il est également son 2ème album swing (après « Swing when you’re winning » en 2001). Alors que son premier album swing était composé presque exclusivement de reprises, cette fois-ci, il n’y a que 7 reprises sur les 16 morceaux proposés dans l’édition deluxe de cet album. « Swings both ways » marque le retour de Guy Chambers aux côtés de Robbie dans la composition (l’album est également produit par Guy Chambers, sauf « Wedding bells » produit par Steve Power)

BY8LNcoCUAAzRrk - Copie

livret Swings both ways

Shine my shoes

Il s’agit d’une chanson originale composée par Robbie, Guy Chambers et Chris Heath (également son biographe). Dans la pure tradition swing, il s’agit d’une des premières chansons composées avec Guy Chambers depuis leur réconciliation. Dans cette chanson, Robbie a voulu faire un pied de nez aux gens qui le critiquent dans le style de Sammy Davis Jr. A noter que sa femme Ayda fait partie des choeurs.

Go gentle

Une deuxième composition originale de Robbie, Guy Chambers et Chris Heath. Elle a été écrite pour sa fille Teddy comme une promesse de protection et d’amour paternel. C’est le premier single issu de l’album (hissé en place 10 dans les charts UK).

I wan’na be like you

Il s’agit d’une reprise de la chanson des singes du Livre de la Jungle de 1967 (chantée à l’origine par Phil Harris, en français « être un homme comme vous »). C’est le premier film que Robbie a vu au cinéma. Grâce à son complice Olly Murs, cette reprise a su garder l’énergie et la bonne humeur de l’originale. Elle joue un peu le rôle de relais entre les deux chanteurs car Robbie voit en Olly son digne successeur et Olly voit en Robbie son mentor…avec le clin d’oeil à la fin de la chanson d’Olly qui dit à Robbie « tu sais, je veux être comme toi ».

rw-om_swing2photos-2_0

crédit: RW

Swing Supreme

Robbie reprend ici un de ses plus gros tubes « Supreme » sorti en 2000 (album « Sing when you’re winning« ). Dans une ambiance à la fois piano-bar des années 1950 et production de Broadway, Robbie a voulu donner à son classique un peu plus de substance et de profondeur.

Swings both ways

« Swings both ways » est une chanson originale écrite par Robbie, Guy Chambers et Rufus Wainwright…et interprétée par Robbie en duo avec Rufus. Cette chanson un peu coquine montre à quel point Robbie est à l’aise avec l’homosexualité. En effet, l’expression « swinging both ways » signifie être attiré autant par les hommes que les femmes. Rufus Wainwright est un chanteur et compositeur ouvertement gay, et il s’amuse donc avec Robbie dans cette chanson à se « draguer » mutuellement. Et Robbie, pourtant hétérosexuel, accepte en souriant que Rufus lui dise « je crois que tu es un peu gay ».

James Tonkin

Robbie et Rufus en studio
(crédit James Tonkin)

Dream a little dream

La version originale de cette chanson date des années 1930, mais c’est surtout la version de Mama Cass (du groupe The Mamas and the Papas) en 1968 qui l’a rendue célèbre. Elle a été également reprise par l’un des héros de Robbie, Dean Martin. L’interprétation de Robbie avec Lily Allen respecte scrupuleusement la version de Mama Cass grâce à la voix crystaline de Lily et aux arrangements musicaux identiques.

RW-LA_Swing2Photos-1

Robbie et Lily
(crédit: RW)

Soda Pop

Robbie a écrit cette chanson en compagnie de deux amis Richard Scott et Scott Ralph. Il interprète cette chanson assez légère avec Michael Bublé, qui est un habitué du style swing.

Snowblind

Composée avec Guy Chambers il y a plusieurs années, cette chanson reflète un peu plus le style de paroles des albums précédents de Robbie. Cette chanson décrit un homme qui veut s’installer avec une femme, avoir une vraie relation, mais qui d’un autre côté est incapable de s’engager et de se consacrer à une personne en particulier.

Puttin’ on the Ritz

« Puttin’ on the Ritz » est une chanson de 1929 d’Irvin Berlin de la comédie musicale éponyme, puis reprise par Fred Astaire. Robbie adore cette chanson depuis son enfance.

BY6F243CIAAEiL-

livret Swings both ways

Little Green Apples

Ecrite en 1968 par Bobby Russell pour OC Smith, c’est ici à la version de Glen Campbell et Bobbie Gentry que Robbie rend hommage avec la chanteuse américaine Kelly Clarkson. Frank Sinatra, qui a aussi repris cette chanson, en disait que c’était la plus jolie façon de dire « je t’aime » sans même prononcer les mots « je t’aime ».

Minnie the Moocher

Cette chanson a connu le succès dès son enregistrement par Cab Calloway en 1931. Elle devint populaire notamment grâce à ses passages de scat où Cab Calloway faisait répéter des syllabes au public comme « ho de ho ». Dans les années 1980, cette chanson est découverte par une nouvelle génération grâce au film « The Blues Brothers » dans lequel Cab Calloway (alors un vieux monsieur) remonte sur scène. Si cette chanson peut sembler amusante en faisant participer le public, elle parle néanmoins d’une femme facile et droguée.

If I only had a brain

Cette chanson de 1939 a été composée pour la comédie musicale « Le magicien d’Oz ». Dans le film, elle est chantée par l’épouvantail sur un air plus enjoué que la version de Robbie. Il reprend en fait la version d’Harry Connick Jr de 1988.

No one likes a fat pop star

Ecrite par Robbie, Guy Chambers et Chris Heath, cette chanson puise au coeur de l’expérience de Robbie avec les tabloids. En effet, il a souvent été moqué à propos de son poids et il voulait montrer avec cette chanson que ces moqueries laissent des traces.

BY6FdI5CcAAwnLt

livret Swings both ways

Where there’s muck (dans l’édition deluxe)

Robbie avoue qu’il était dépressif quand il a écrit cette chanson avec Guy Chambers. Malgré la noirceur des paroles, la mélodie est épique et le ton est néanmoins piqué d’humour avec ses grands « kiss my arse ».

16 tons (dans l’édition deluxe)

Enregistrée par le chanteur Merle Travis en 1946 à propos de la vie d’un mineur dans le fond d’une mine de charbon, Robbie joue ici au gros dur.

Wedding bells (dans l’édition deluxe)

Composée en compagnie de Gary Barlow après la tournée Progress de Take That, cette chanson parle d’un amour aveugle avec des sonorités qui évoquent « somethin’ stupid » son duo avec Nicole Kidman. On peut entendre Gary dans les choeurs.

BY6FOKFCMAALoc5

livret Swings both ways

« Swings both ways » est dès à présent disponible sur les sites de la FNAC, Amazon France et ITunes France

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s