Robbie: Swings both ways Live

181113_tourannounce2

La tournée Swings both ways Live de Robbie a débuté vendredi 25 avril à Budapest. Il traversera toute l’Europe cet été puis l’Australie en septembre. Malheureusement, la tournée ne passera pas par la France, alors c’est la France qui se déplacera pour le voir. Pour notre part, nous avons participé au deuxième concert de la tournée à l’O2 Arena de Prague (République Tchèque) samedi soir. Voici notre compte-rendu, aussi détaillé que possible pour celles et ceux qui n’auront pas la chance d’assister aux concerts, et pour les fans qui voudront revivre les concerts.

Dès qu’on entre dans la salle, on est plongé dans un autre temps…de la musique swing et un énorme rideau de théâtre cache la scène. Les premières notes retentissent dans la salle de 18 000 fans et autant de téléphones portables en l’air pour immortaliser l’arrivée de Robbie. Il émerge au milieu de la scène en entamant « Shine my shoes« , habillé en queue de pie et noeud papillon, toujours rideau baissé mais avec les paroles de la chanson. Il n’arbore plus sa mèche blonde qu’il portait lors de la promo de l’album. Il descend de la scène principale et fait un premier tour de l’allée qui entoure la fosse or. Il se présente sous le nom de Robert pour faire plus distingué mais garde sa formule célèbre « for the next two hours, your ass is mine ». Il nous promet une soirée d’entertainement et beaucoup de « jazz hands ». Le ton est donné.

Prague 2014 951

crédit: emiliedixit

Il enchaîne avec « Puttin’ on the Ritz« . Le rideau est désormais levé et dévoile une scène très bien pensée. Il y a trois niveaux pour tous les musiciens, un décor digne des théâtres de Broadway et des danseurs en haut de forme et queue de pie. Il chante ensuite « Ain’t that a kick in the head » puis « Minnie the Moocher » en demandant au public de lui faire écho sur les « adihadihadiha ». Il introduit « Swings supreme » avec son auto-dérision de popstar en expliquant qu’avant il vendait plein d’albums avec ce genre de chansons. Le public de Prague se réveille avec cette chanson plus populaire.

P1150422

crédit: TakeThatFrance

Puis il sort de scène et le rideau se ferme. On ne voit plus que sa tête coincée entre les rideaux rouges lorsqu’il commence « No one likes a fat pop star« . Et sa tête se met à monter! Le rideau finit par s’ouvrir et on constate que Robbie est dans les airs avec 20 kilos de plus, comme lors de son concert au Palladium. La scène est grandiose, on se croit dans la comédie musicale du Fantôme de l’Opéra avec des dizaines de choristes sur les écrans et d’autres masqués.

P1150437

crédit: TakeThatFrance

Le rideau rose redescend, Robbie tombe la veste et se met dans la peau d’un charmeur italien. Il reprend la chanson de Dean Martin « That’s amore« , une chanson inédite à son répertoire. Les paroles défilent sur le rideau, ce qui permet au public de pouvoir chanter aussi.

P1150438

crédit: TakeThatFrance

Il se dirige sur l’allée devant en expliquant que l’année dernière, il avait fait beaucoup de bétises, qu’il invitait tous les soirs une fille sur scène pour partager son lit, et qu’il était désormais temps pour lui de se poser. Il remet sa veste, désigne une fan devant lui, la fait monter sur scène et ils se dirigent tous les deux main dans la main sur la scène principale. On installe en toute hâte une arche illuminée, les choristes et danseurs se mettent un voile de mariée sur leur tête et on fait de même avec la fan tchèque Katarina qui a l’air totalement dépassée par ce qui lui arrive. Guy Chambers est habillé en prêtre et mène la courte cérémonie « voulez-vous prendre Robbie Williams pour époux de showbiz? ». Complètement estomaquée, Katarina répond un grand « yes » suivi du « I do » de Robbie. Guy conclut par un traditionnel « you may kiss the bride » et Robbie se jette dans les bras de sa nouvelle épouse. Sur les écrans géants on voit une fausse couverture de tabloïd avec la photo des nouveaux mariés et le sous-titre « Ayda furious ». Bref, Robbie va encore faire une heureuse chaque soir (et beaucoup de jalouses!), de quoi se constituer un vrai harem! Ce tableau nous a en tout cas beaucoup fait rire. Robbie racompagne Katarina à sa place en finissant « that’s amore ».

Prague 2014 1012

crédit: emiliedixit

Robbie s’installe sur le devant de son allée sur un tabouret et regarde derrière sur la scène principale où un danseur vient d’entamer une chorégraphie aux claquettes. Robbie commence à siffler mais écarte son micro et on constate que c’est un enregistrement…nouveau moment d’auto-dérision car Robbie a souvent été critiqué de ne plus siffler juste sur « Mr Bojangles« . C’est une jolie version qu’il nous offre, tout en simplicité et qui donne la part belle à son danseur. Retour sur la scène principale, certains de ses musiciens (Jerry Meehan, Gary Nutall, Guy Chambers et Tommy Blaize) s’avancent sur le devant de la scène et ils entament une chanson à 5 avec Robbie a cappella en jouant sur les harmonies comme les groupes traditionnels de l’entre deux guerres. Ils reprennent un tube de R. Kelly « Ignition » aux antipodes de la version originale! Ils s’amusent tous sur scène avec un air complice.

vlcsnap-60603

crédit: TakeThatFrance

On entame un nouveau tableau avec un thème différent direction la jungle au temps des explorateurs…on comprend vite qu’il s’agit de la chanson « I wan’na be like you« , thème du Livre de la Jungle. Par conséquent, Robbie apparaît sur le deuxième niveau de la scène en portant un masque et des gants de singe. Ses danseurs aussi sont déguisés en singes tandis que les danseuses sont elles déguisées en exploratrices. C’est un tableau très réussi et plein d’humour…même si Olly Murs nous a manqué.

P1150449

crédit: TakeThatFrance

Disparition du tableau et changement d’ambiance. Un groupe d’enfants tchèques entre sur scène et s’assoit autour de Robbie pour chanter « High hopes« , une reprise de Frank Sinatra sur la carrière dans le show business. Il s’agit du même tableau que dans son concert du Palladium et on ne peut s’empêcher de faire des « awww » en voyant les enfants et de bouger la tête avec eux, ils sont vraiment mignons.

Prague 2014 1033

crédit: emiliedixit

Arrive ensuite le dernier tableau avant la pause. On voit une introduction en noir et blanc façon film hollywoodien et Robbie débarque sur scène vêtu d’un gilet à pois et d’une queue de pie à pois également. Il entame « Swings both ways » en jouant sur le côté gay de la chanson à fond. Les danseurs sont habillés en costume de couleur, les filles en robes charleston. Pour coller aux paroles de la chanson, les garçons dansent avec les filles puis entre eux. Robbie fait mine d’être intéressé par une fille, puis un garçon…il ajoute un grand boa noir à son costume et des milliers de confettis aux couleurs de l’arc-en-ciel sont projetés dans toute la salle. Un magnifique final acidulé pour conclure cette première partie. Car comme à Broadway, nous avons droit à un entracte de 15 minutes.

vlcsnap-58728

crédit: TakeThatFrance

vlcsnap-58966

crédit: TakeThatFrance

15 minutes plus tard, le rideau se relève pour laisser découvrir une nouvelle scène. La scène de théâtre a disparu pour laisser la place au pont d’un paquebot, le HMS Teddy Bear. Les danseurs portent désormais des uniformes de matelots. Robbie arrive sur le deuxième niveau en costume de capitaine pour entamer « Soda pop » accompagné par une chorégraphie endiablée de ses danseurs. Puis il commence un medley en prenant ses airs d’Elvis Presley pour sa reprise de « Trouble« , puis « Hit the road Jack » de Ray Charles avec ses choristes, « Reet petite » de Jackie Wilson en marchant sur l’allée derrière la fosse or, et enfin « Shout » des Isley Brothers qui donne envie à toute la salle de sauter.

Prague 2014 1049

crédit: emiliedixit

L’ambiance se calme, Robbie s’assoit et nous avoue avec humilité et une pointe d’humour qu’il est un peu stupide car l’école ne l’a jamais intéressé. « But I think I have enough education to entertain! » Mais il a trouvé une chanson parfaite pour illustrer ce petit discours avec « If I only had a brain » (chanson tirée du Magicien d’Oz). Puis vient un moment chargé d’émotion lorsqu’il se met à parler de sa fille Theodora Rose qui a changé sa vie et son univers. Il est fier qu’elle l’appelle « papa », et il nous dit même qu’elle est à l’hôtel en ce moment en train de faire « dodo » (en français!). Il enchaîne alors logiquement sur « Go gentle » en disant que c’est la première parmi toutes les chansons qu’il écrira pour elle.

Prague 2014 1071

crédit: emiliedixit

Pour le prochain morceau, il annonce que c’est un moment important pour lui…nous attendons une surprise. Il commence « Do nothing till you hear from me » et Pete Conway, son papa, fait son entrée sous les applaudissements de la salle. C’est un beau moment qu’ils nous offrent tous les deux, mutuellement fiers, complices et blagueurs. Ils finissent la chanson par une longue étreinte.

vlcsnap-56984

crédit: TakeThatFrance

C’est sa choriste Denosh Bennett qui prend le relai avec une reprise de Jay-Z/Alicia Keys « Empire state of mind« , remarquablement interprétée devant un Robbie admiratif sur le pont supérieur et des images de la statue de la liberté. C’est une parfaite introduction pour Robbie qui enchaîne avec le célébrissime « New York New York » de Sinatra illustré par la ligne d’horizon de New York derrière lui. La chanson se conclut par une nouvelle pluie de confettis qui innonde la salle. Et quelques notes familières résonnent avec l’arrivée d’un nouveau medley de ses vieilles chansons version swing. On entend d’abord quelques secondes de « Let me entertain you« , puis l’introduction de « Rock DJ » mais lorsqu’on s’apprête à chanter, Robbie change de chanson pour « Millennium« . Vient ensuite « Come undone » et le très inattendu « Old before I die » (avec 4 French Friendlies qui hurlent le « c’est la vie »). Puis il chante un bout de « Candy » pour finir avec les dernières notes de « Let me entertain you » une nouvelle fois. C’est un medley original et franchement jouissif pour les fans qui retrouvent des chansons qu’ils connaissent par coeur et surtout des morceaux qu’ils n’ont pas entendu depuis longtemps dans des versions inédites.

vlcsnap-62042

crédit: TakeThatFrance

Robbie reconnaît dans la foule un fan tchèque qu’il avait vu en Allemagne sur la tournée précédente et nous raconte sa petite histoire. L’année dernière, ce fan avait dessiné un portrait de Robbie et Ayda qu’il avait brandit à un concert. Robbie l’avait chambré en disant que le portrait était moche parce que la photo originale ne lui plaisait pas. Il lui avait promis que s’il faisait un autre portrait, il le ferait monter sur scène. Un an plus tard, Robbie n’avait pas oublié. Ce fan tchèque, Milosh, avait dessiné un nouveau portrait pour le concert de Prague et Robbie l’a donc fait monter sur scène. Ils vont sur la scène principale, Robbie lui signe son portrait et lui dit de s’assoir avec les choristes pour la chanson suivante. Vient alors le passage obligatoire dans tous les concerts de Robbie Williams. Il nous avoue qu’il a hésité à intégrer « Angels » dans la setlist car pour une fois il ne respectait pas les règles (il commence toujours ses concerts par « Let me entertain you » et finit toujours par « Angels »). Le public siffle pour lui manifester qu’il veut sa chanson emblématique. Il chante donc « Angels« , mais comme à son habitude, il ne l’a pas réarrangée version swing. Qu’importe, la foule est debout dans les gradins, prête à communier avec Robbie qui ne déçoit pas. Milosh agite son portrait à l’arrière, tellement fier d’être sur scène pendant ce moment si émouvant.

Et c’est déjà la dernière chanson, qui fait office de rappel, avec sa chanson inédite « Sensational« . Il la présente en disant qu’il l’a écrite le matin-même avec Guy Chambers à Prague (attendez-vous à la même blague tous les soirs!) et que c’est une chanson dédiée à ses fans. « I love you cause you love me, I wish that you could always stay. Now go away ». C’est une chanson pleine d’énergie mais avec un brin d’ambiguité « je vous aime mais il est temps pour vous de partir ». C’est avec ses paroles que le concert prend fin.

Prague 2014 1087

crédit: emiliedixit

Le rideau tombe avec les mots « that’s all folks ». Pas de faux départ pour cette tournée, c’est bel et bien fini. Le show était vraiment superbe, la scénographie est très travaillée, les costumes et chorégraphies sont toujours dans le thème swing, un show très cohérent et impressionnant. Robbie prouve qu’il peut nous transporter dans un autre temps avec un autre répertoire sans décevoir les fans. Il est à la hauteur du challenge. Si vous n’êtes pas fan de swing, s’abstenir. Et bon concert à tous les Friendlies qui auront la chance d’assister à cette magnifique tournée!

Setlist:

Shine my shoes
Puttin’ on the Ritz
Ain’t that a kick in the head
Minnie the Moocher
Swing Supreme
No one likes a fat pop star
That’s amore
Mr Bojangles
Ignition
I wan’na be like you
High hopes (avec chorale)
Swings both ways

pause

Soda pop
medley (Trouble, Hit the road Jack, Reet petite, Shout)
If I only had a brain
Go gentle
Do nothing till you hear from me (avec Pete Conway)
Empire state of mind/New York New York
medley (Let me entertain you intro, Rock DJ, Millennium, Come undone, Old before I die, Candy, Let me entertain you outro)
Angels
Sensational

 

Publicités

2 réponses à “Robbie: Swings both ways Live

  1. Wawhowaw ça me met le bourdon d’un coup en me disant que je ne verrai pas ce magnifique spectacle…. Bref je loupé un truc on dirait Zut!!!!
    J’espère un DVD….
    Merci pour ce magnifique récit ^_^ Il met des étoiles dans les yeux *_* MERCI

  2. Merci pour de résumé ça donne envie !!! Robbie sur scène c’est toujours un grand moment

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s